Mes thèmes/pré-occupations du moment

Comme je l’ai dit d’un un post précédant, pour cette année, je ne me suis pas fixé d’objectif, de goal, mais plutôt fait des souhaits.

Par contre avec tous les changements que j’ai traversé ces derniers temps, mes prises de consciences, les livres que j’ai lu sur le développement personnel et autres thèmes du même genre, ça « bouillonne » pas mal en moi.

Tellement que des fois, j’ai l’impression que j’arrive plus à être simplement moi-même, vivre le moment présent et apprécier ce que je suis, ce que j’ai, ce que je fais !

C’est pourquoi, j’ai décidé de changer deux choses :

  • Essayer de me concentrer sur un thème à la fois (pour mon développement donc)
  • M’accorder des pauses (le mercredi et le dimanche, j’essaierai de ne pas me faire de réflexion sur des thèmes particulier)

Encore une fois, tout comme mon projet, cela peut paraître radical, mais moi je fonctionne comme ça, j’ai de la peine à me refréner. Quand quelque chose me passionne, m’intéresse ou me dérange, je m’investit à fonds et il faut que cela change / se passe immédiatement.

Je pense qu’après un certain temps cela devrait s’équilibré un peu et que je n’aurais plus forcément besoin d’être aussi radical !

De toute manière je pense que cela est important de se fixer des limites, cela peut paraître réducteur au premier abord, mais quand on y pense, cela peut au contraire, être très libérateur. L’ironie de la vie parfois… je m’explique :

  • Si on se limite notre temps « en ligne », on aura plus de temps pour d’autres activités (sans doute plus enrichissante).
  • Si on limite nos rendez-vous / engagements -> plus de temps pour soi et pour faire ce que l’on a envie.
  • Si on limite nos possessions, on a besoin de moins de temps pour s’en occuper et cela nous coûte moins d’argent -> donc on peut investir les deux ailleurs et mieux.
  • Etc….

Et pour le reste:

Je continue à méditer 10-20 minutes quotidiennement avec l’aide de l’application Headspace.com, j’ai l’impression que cela m’apporte un certain calme dans ma journée et que cela m’aide à être plus conscient de ce que je fais, plus intentionnel dans mes actions !

J’écris aussi tous les matins (cela m’aide à organiser / planifier m’a journée) et le soir (pour faire un peu le review de ce que j’ai vécu, ce qui était bien et moins bien et d’ordonner un peu mes pensées)

J’ai commencé ce cours online pour découvrir quelles sont mes forces, passions, intérêts et au final ma/mes vocations.

J’ai fini le livre « Clutter free with Kids » sur le minimalisme avec des enfants, c’était très interessant et m’a permis de continuer ma réflexion sur mon rapport avec ma fille et m’a façon de l’éduquer et de l’aider à grandir.

Voilà c’est tout pour le moment, je vous souhaite un excellent weekend « déconnecté » 🙂

Publicités

Compte rendu: 2 semaines déjà

 Déjà deux semaines d’écoulée et pour le moment je tiens toujours bon. Cela me semble même plus facile que je l’aurais cru.

Je dois rester vigilant quand même et ne pas compenser en achetant pour d’autres personnes, comme par exemple ce weekend où j’ai failli acheter un nouveau « jouet » pour Emily… alors que les fêtes de noël et son anniversaire étaient il y a quelques semaines à peine et qu’elle a déjà bien assez de choses comme ça. Je me suis demandé pourquoi et pour qui je voulais vraiment acheter… Et finalement j’ai renoncé.

L’annonce concernant la prise de valeurs du CHF par rapport à l’Euro m’a aussi titiller l’esprit.. m’a première réaction étant de me demander ce que j’aurais besoin d’acheter et si l’on ne devrait pas planifier un petit passage outre frontière pour le weekend… mais je me suis très vitre repris et j’ai réalisé que je n’avais besoin de rien du tout et que le stresse occasionner et le temps perdu dans les bouchons et les magasins ne valais en tous les cas pas les quelques 10aines de francs économiser au final. Je suis donc bien content d’être resté ici et d’avoir pu profiter d’un agréable weekend.

Sinon ces derniers temps, avec Sari, nous avons beaucoup parlé d’une envie commune pour un mode de vie / habitation différent. Nous sommes de plus en plus attirer par un style communautaire, le fait de partager, vivre ensemble, échanger et s’entraider. Revenir à des valeurs plus terre à terre. Je ne sais pas encore où cela va nous mener exactement…

D’ailleurs ce dimanche nous sommes allés visiter un groupe d’habitation de ce genre. Ce sont des bâtiments construit autour d’une sorte de court / place intérieur qui permet des activités en commun, avec places de jeux pour les enfants, grilles et salles de fêtes, pièce pour faire du bricolage, etc…. les bâtiments sont remplis de couleur et d’objet en tout genre et le tout donne un effet fantastique. Cela nous a vraiment donner envie d’y emménager. Mais je suis persuadé que cela n’est pas le seul endroit de ce genre et nous ne voulons pas nous précipiter dans notre démarche, surtout temps que nous ne sommes pas encore sûr de ce que l’on y recherche exactement.

Sinon j’ai aussi souscrit à un court « on-line » qui a pour but de découvrir sa vocation/passions. Cela ne coûtait que 50 CHF et c’est en cours que l’on peut suivre à son rythme via des podcast et je suivais déjà le blog de la personne qui a créé ce cours, alors on verra bien.

J’ai quand même hésiter par rapport à mon projet, je me suis demandé si ce cours n’était pas lui aussi une sorte d’achat, mais au final cela n’est pas quelques choses de matériel… je reste quand même incertains… si je ne devrais pas aussi me restreindre à ce niveau-là, du moins pour les cours qui sont « en ligne ». Nous verrons bien ce que celui-ci va donner, je vous tiendrais bien sûr informé !

Voilà c’est tout pour le moment.

Changer, le comment du pourquoi !

J’avais envie de revenir sur les raisons qui m’ont amené à changer, débuter mon projet, ce blog et finalement m’ont amené où je suis aujourd’hui !
Ces dernières années, j’ai traversé quelques étapes difficiles. Le travail et mes 4 heures de trajet quotidiennes, de nouvelles responsabilités, devenir papa, le handicape de ma fille… C’était sans doute trop et j’ai petit à petit glissé en un mode „zombie“ (sorte de fonctionnement automatisé) : j’étais toujours stressé, fatigué, insatisfait, bref je ne faisais que „fonctionner“, en recherchant, ailleurs, toutes distractions possibles (TV, achat en tout genre, sport, nourriture, etc…) pour ne pas devoir trop réfléchir et surtout compenser ce mécontentement !!
Je me rendais sans doute compte qu’il y avait un problème… mais je n’avais pas envie/peur d’en savoir plus, de creuser plus profondément ! J’appréhendais ce que je pourrais trouver. Et puis de toute manière, je ne savais pas par où commencer et si je pourrais y faire quelque chose.
Je ne saurais pas dire ce qui a changé en moi. Peut être qu’à un moment j’ai eu l’impression de toucher le fonds, que j’allais tout perdre si je ne réagissait pas.
Puis j’ai reçu l’un plus brillant conseils que l’on m’ai jamais donné :

« Une ville ne se construit pas en une seul fois, mais une seule pierre à la fois ! »

Il ne faut pas se laisser décourager par l’énormité de la tâche en se fixant uniquement sur le résultat final, mais simplement sur la première (ou prochaine) étape pour y arriver, faire simplement le premier pas. Et surtout prendre conscience qu’il ne nous engage encore à rien; il nous permet simplement d’avancer dans la bonne direction.

Pour moi, cela à commencer par le travail. Déjà là, je bloquais: tout ce que cela impliquait (insécurité, risque de ne plus pouvoir subvenir aux besoins de ma famille, ne pas pouvoir reproduire ma réussite dans une autre entreprise), me décourageais totalement. (Le CV, les annonces, postuler, se présenter, être sélectionner, etc) Cela me paraissait insurmontable !!

C’est pourquoi ce conseil m’a temps aider,  il me suffisait donc de commencer par mettre à jour mon CV, cela ne m’engageait de toute manière à rien, personne ne m’obligeant ensuite à vraiment l’envoyer. Simplement m’y mettre et le reste viendrait automatiquement.

Le nouveau travail acquis, cela m’a permis d’avoir beaucoup plus de temps et d’énergie à disposition. (50 minutes au lieu de 4 heures par jour de trajet). J’ai donc décider d’utiliser ces derniers à bonne escient.

A défaut d’autre chose, je me suis tourné vers le net (google est ton ami, non?)  j’ai donc essayé de chercher les mots suivant : « Hapiness » et « Healthy » (heureux et sain, deux valeurs qui me semblaient fondamental pour améliorer ma vie). Je suis alors tombé sur le site des Minimalist (www.theminimalists.com) et leurs livres. Sans trop m’attarder et pour résumer, c’est deux types, qui ont longtemps poursuivit et atteints le rêve américain (la belle maison, la femme, voiture, boulot a responsabilité et gros salaire, etc) mais n’étaient pour autant  jamais heureux. Vous imaginez bien que cela m’a toute de suite parlé !

Puis, grâce à eux, j’ai découvert Leo Babauta, son blog Zenhabits et surtout son livre « The Effortless Life » qui ont définitivement eu un très gros impact sur moi et ma prise de conscience que je recherchais la/les solutions aux mauvais endroits.

Ceci n’était bien sûr que le début, mais cela m’a déjà fait prendre conscience, que l’on ne doit pas chercher son bonheur, son accomplissement vers l’extérieur, chez les autres ou dans des biens matériaux, mais simplement en soi. En apprenant à s’aimer, à apprécier ce que l’on a, a apprécier les gens qui nous entoure et les interactions que l’on a avec eux. En arrêtant de chercher le succès dans l’image que les gens ont de nous où que la société nous définit, mais simplement dans ce qui est important pour nous, dans nos valeurs.

Je ne suis d’ailleurs qu’au début de ce long voyage.

Mais aujourd’hui je suis en mesure de l’appréhender de manière plus sereine et surtout j’ai appris que le chemin et aussi (si pas plus) important que la destination et qu’il faut donc en apprécier chaque instant !

Et comme je l’ai dit, le plus important, c’est « une seul pierre à la fois» !

Nouvelle année… nouvelles résolutions ?

Cette fois j’ai décidé de ne pas prendre pas de bonne résolution ou de me fixer d’objectif pour cette nouvelle année.

Pas que je sois déjà parfait  :op, mais plutôt parce que de toute manière on finit toujours par les oublier/laisser tomber après quelques semaines !!!

C’est pourquoi j’ai plutôt décider d’émettre des souhaits pour cette nouvelle année, comme par exemple :

  • Je me souhaite de continuer mon développement personnel
  • Je me souhaite de continuer à avoir du temps pour ma femme et ma fille
  • Je me souhaite d’être en bonne santé et continuer à vivre sainement
  • Je me souhaite d’avoir du plaisir dans ma vie, dans mon boulot

Cette année sera pour moi celle de la consolidation: je veux continuer à développer sur ce que j’ai construit l’année passée et continuer sur la lignée de mes changements et réalisations.

Dans cette optique, j’ai aussi commencer à intégrer de nouvelles habitudes dans mon quotidien, comme, entre autre :

  • Méditer
  • Tenir un journal / écrire
  • Bouger/faire du sport
  • Manger équilibré

Et bien sûr continuer à lire régulièrement et prendre du temps pour refléter sur moi et sur ma vie.

Mais le plus important c’est d’avoir du plaisir, de ne pas oublier de m’amuser, de passer du bon temps avec ma petite famille et ne pas me prendre trop au sérieux !!!

1er compte rendu

Alors voilà, les premiers jours se sont pas trop mal passés, j’ai bien sûr déjà eu envie de m’acheter quelque chose à plusieurs reprises, principalement des livres. , mais pour le moment je n’ai pas craqué ! 🙂

Samedi, étant donné le mauvais temps et le fait que nous devions faire les courses pour la semaine, nous nous sommes rendu dans un centre commerciale, et je me suis un peu posé la question de mon intégrité, en achetant, à ma fille un « frozen yogourt », puis un café chez Starbucks (normalement j’évite cette chaîne car je trouve leurs prix trop abusé, mais en période de fête il m’arrive de craquer pour leurs Toffee Nut Latte….). En même temps c’est aussi un peu le but de mon projet de me permettre de me poser ce genre de question et de remettre en question certaines de mes habitudes de consommation. Après il faut aussi tenir compte des quantités, on ne peut pas non plus éviter tout complètement.

Sinon j’ai eu quelques petites douleurs à la jambe, ce qui a un peu peser sur le morale et m’a fait douter de moi et de mes changements, j’avais l’impression d’être de retour dans mes anciennes habitudes et d’être constamment en train de ruminer mes pensées et donc de ne pas être du tout « mindfull »…

Cela m’a fait encore une fois prendre conscience d’un autre de mes (nombreux?) problèmes (que j’attribue au fait d’être fils unique – je sais c’est facile…) et qui est de toujours avoir l’impression de „devoir“ pouvoir faire ce que j’aime chaque jours. J’ai heureusement déjà bien pu réduire le nombre de mes activités. Par exemple, avant,  j’étais complètement accro aux séries TV et je devais bien en suivre plus d’une 20aine à la fois (parfois plus par habitude qu’autre chose..). Mais je me suis rendu compte qu’elles n’ajoutaient pas/plus vraiment de valeur à ma vie et me coûtaient beaucoup de temps ! Maintenant j’ai réduit à plus ou moins une, ce qui permet de mieux choisir et de mieux l’apprécier (encore une fois, less is more).

Mon moto de ce début d’année sera donc „Let go“,  je dois apprendre à simplement apprécier le moment présent et ce que je suis en train de faire, sans toujours penser à ce que j’aimerai faire d’autre.

Et sinon, je suis aussi tombé sur l’histoire suivante sur un autre blog de minimaliste (https://heroofthistory.wordpress.com) qui, je trouve, illustre à merveille cette philosophie du moins c’est mieux :

 

Le touriste et le pêcheur

Dans un petit village mexicain, un bateau rentre au port. Un touriste complimente le pêcheur sur la qualité de ses prises et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer.

« Pas très longtemps » répond le pêcheur.

« Mais alors, pourquoi n’êtes-vous pas resté en mer plus longtemps pour en attraper plus? » demande le touriste.

Le pêcheur répond que ces quelques poissons suffisent à assurer la subsistance de sa famille.

Et le touriste demande: « Mais que faites-vous le reste du temps? »

« Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir, je vais au village voir mes amis, nous buvons du vin et jouons de la guitare. J’ai une vie bien remplie. »

Le touriste l’interrompt: « J’ai un MBA de l’université de Harvard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Et avec l’argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un autre puis un autre, jusqu’à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre votre poisson à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l’usine et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico, Los Angeles ou peut-être New York, d’où vous dirigeriez toutes vos affaires. »

« Et combien de temps cela prendrait-il? » demande le pêcheur. « Dix ou 20 ans. » « Et après? »

« Après? C’est là que ça devient intéressant: quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions. » « Des millions? Mais après? » « Après? Vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et à jouer de la guitare avec vos amis… »