Bilan de fin d’année

Voilà l’année touche à sa fin et mon projet avec.

Au final elle se sera vite écoulée et ce fut plus facile que je ne l’aurai pensé.

Même si il y a eu des hauts et des bas, lorsque j’en fait la revue, je suis plutôt satisfait. J’ai beaucoup appris de ma démarche mais aussi à travers le minimalisme, la méditation et ma recherche de simplicité.

Le fait d’avoir réduit mes possessions, mais aussi mes engagements, choses à faire ou encore les heures passées derrière le petit écran ou sur le net, m’a permis de me sentir plus libre, léger et de mieux profiter de mon temps et de ma famille. Mais aussi de mieux me connaître : ce que je suis, ce que je veux être et ce que je veux faire de ma vie !

Cette réduction a aussi eu un impact sur ma famille, qui a également pris goût au fait d’avoir moins de chose et l’impression d’ordre et de légèreté qui en découle ! Même ma fille semble apprécier d’avoir moins dans sa chambre et surtout le fait qu’elle aime vraiment ce qui reste et du coup joue beaucoup avec.

Mon projet, quant à lui, m’a fait prendre conscience, que je me sent bien sans avoir besoin d’acheter de nouvelles choses. Je possède déjà ce dont j’ai besoin pour vivre et être heureux. je me suis aussi rendu compte que la plus part de mes envies d’achat se manifestait lorsque je suis stressé ou un peu triste/déprimé. Et que si je me concentre plus sur le sentiment lui-même et sur sa raison d’être, je me sens mieux sur le long terme.

Je pense que je vais donc continuer de ne rien acheter, mais sans vraiment me l’interdire strictement, cela sera intéressant de voir dans quelques mois ce que cela va donner.

Ce qui est sûr par contre, c’est que je vais me remettre à acheter des livres, mais plus de la même façon : je vais dorénavant les acheter à mesure (une fois le précédant terminé). C’est quand même moins stressant que d’avoir encore des dizaines de livres à lire et se rendre compte, le moment venu, que l’on en a même plus envie…

Et je vais aussi remplacer ma montre qui a rendu l’âme il y a quelques semaines, mais comme cela n’est pas vraiment un besoin « primordiale », j’ai préféré attendre (chose, soit dit en passant, que je n’aurai jamais pu faire dans le passé !!) Du coup cela m’a permis de mieux choisir et trouver la montre idéale (c’est-à-dire, tout simple, sans aucune fonction quelque qu’il soit, appart donner l’heure bien sûr… légère, passe partout et pas cher).

Je me réjouis déjà de cette nouvelle année et de pouvoir continuer à apprendre et « grandir ».

J’ai d’ailleurs envie de continuer à travailler/expérimenter dans les domaines suivants :

  • Ma santé et tous particulièrement le sommeil, j’ai l’impression d’être souvent fatigué et d’avoir tout particulièrement souffert en ce mois de décembre.
  • Mon alimentation, continuer à manger plus sainement et moins de viande.
  • Mon impact sur l’environnement (comme par exemple diminuer mes déchets).
  • Et surtout passé beaucoup de temps avec ma femme et ma fille et en profiter un maximum.

 

En attendant, je vous souhaite à tous et à toutes mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année, j’espère qu’elle sera bonne et remplie de nouvelles expériences et découvertes.

Publicités

Dernièrement

Cela fait maintenant un mois complet que l’on est dans notre nouvel appartement, on prend gentiment nos marques et on s’y sent toujours aussi bien.

De mon côtés, après maintenant 8 moins sans achats, je me rends compte que je ne me sens pas pour autant moins heureux ou frustré de ne rien avoir pu acheter. Au contraire, j’ai même l’impression de m’en sentir mieux et plus léger !

Depuis le début de l’année, je tiens une liste de ce que je souhaiterais acheter et pratiquement tout ce que j’y avais noté, en a entre temps été retiré !!

Beaucoup de choses étaient d’ailleurs en rapport avec mon look (habits, chapeau, bracelet, etc..), il faut vraiment que j’apprenne à me détacher de mon apparence pour définir ce que/qui je suis. Je n’ai pas besoin de ce bracelet-boule et ce chapeau de paille pour me sentir/être plus détendu et vivre simplement !

Et bien entendu une grande partie était des « gadgets » électroniques ou autres accessoires du même genre, mais l’envie m’est passé aussi vite qu’elle m’était venue. Cela démontre bien l’impact du marketing et de la pub sur nos « besoins » et « envies »…

Au final les deux seuls objets restant encore sur ma liste sont: un Tattoo (même si je ne suis pas sûr de comment catégoriser cet achat… objet, expérience, autre?) et une paire de jeans (les miens n’étant plus portable pour le travail).

Je fais aussi beaucoup plus attention à ce que je consomme (quantité, prix, qualité et nécessité / impact), c’est quand même incroyable ce que l’on peut dépenser par jours sans s’en rendre compte (café, snacks, etc.) ! Attention, il ne s’agit pas du tout de se priver, mais plutôt de consommer intentionnelement en tenant compte des prix, mais aussi des quantités consommées par jours.

Et le résultat pour mon compte en banque est impressionant, je n’aurais jamais pensé que cela pouvait avoir un tel impact sur mes finances !! A la fin de chaque mois il me reste toujours plus d’argents, bon cela aide aussi grandement que Sarita aie entre temps, elle aussi, adopté le minimalisme – même si elle était toujours plus raisonnable que moi !

Cela me donne donc envie de continuer sur cette voie une fois l’année terminée, sans forcément être aussi drastique par rapport à mes achats, mais franchement je me rends compte que je ne manque de rien et que je me sens très bien ainsi.

Par contre je recommencerais certainement à acheter des livres, car cela est quand même ma principale passion, j’adore lire, cela me permet d’apprendre mais aussi de me divertir et j’ai envie de pouvoir le faire de manière simple et sans contrainte.

Voilà, c’est tout pour le moment.

 

des hauts… et des bas…

Parfois j’ai l’impression que l’on ose pas vraiment parler de nos difficultés, de ce qui ne va pas !

Moi-même, j’ai beaucoup écris sur ce que je vis en ce moment, mes changements, ma découverte (et adhésion) au minimalisme et à la simplicité. Je conseil à qui veut bien me lire de ralentir, prendre le temps et apprécier la vie ! Mais je n’évoque que rarement les difficultés rencontrées, les moments de doutes traversés. Les retour en arrière, où simplement les jours ou rien ne va, où l’on n’a plus envie !

Et pourtant ces instants de doute font aussi partie de nos vies. Ils sont parties intégrantes de notre cheminement. Et bien souvent ce sont eux qui nous aident le plus à nous construire et à grandir.

C’est bien joli de vouloir embrasser le minimaliste et vivre simplement… mais la réalité est toute autre ! Nos vies sont compliquées, remplies d’obligations, de choses à faire,  à accomplir.

Que cela soit de part nos jobs, nos familles ou encore simplement parce que notre société fonctionne ainsi.  Notre quotidien est fait d’administration (facture à payer, document à remplir et envoyer, rendez-vous à fixer, etc..), de tâches à compléter (ménage, éducation, « to-do » liste en tout genre), bref d’activité dont on se passerait bien mais qu’il est bien impossible d’éviter.

Et au milieu de tout cela, on devrait encore trouver du temps pour soi, pour son développement personnel, pour manger (et cuisiner) sainement, faire du sport ou du moins bouger quotidiennement, pour passer du temps avec son ou sa partenaire, pour jouer avec ses enfants, bref je crois que je vais revoir ma position sur le clonage…

Plus sérieusement, peu importe les bonnes résolutions et la bonne volonté… tout cela demande énormément d’énergie au quotidien  et il y a des jours où rien ne va: on a l’impression qu’on ne va jamais y arriver, d’être complètement perdu ou on a tout simplement pas envie !

Quand c’est le cas, il est important de se rappeler, que c’est la même chose pour tout le monde, que certain jours fonctionnent moins bien que d’autres. Que l’adversité fait partie de nos vie et, au risque de sonner un peu clicher, c’est souvent le challenge qui rend la victoire encore plus délicieuse.

Dans ces moment, j’essaie de garder à l’esprit mes valeurs et ma vision. Me souvenir du chemin parcourut et que rien ne sert de vouloir brûler les étapes. Simplement faire un pas après l’autre, continuer d’avancer, ne pas oublier d’apprécier chacune des étapes et garder à l’esprit notre direction.

Je vous souhaite donc pleins de courage pour votre propre chemins et pour surmonter les épreuves de notre quotidien !

 

Le temps notre (nouveau) luxe ?

J’ai l’impression que le temps est devenu un luxe et que c’est un peu ce qui nous différencie de la génération précédente, que je considère comme la génération des « travailleurs ».

Pour eux le travail avait une place beaucoup plus importante, ils ne prenaient (n’avaient) pas vraiment le temps de se poser toutes ces questions qui nous pré-occupes aujourd’hui, avançaient simplement toujours vers l’avant.

Déjà leurs parents avant eux n’eurent pas vraiment le choix: c’était la période de l’après-guerre où il fallait reconstruire et relancer l’économie. Le moto général: bosser, bosser et encore plus bosser. J’ai l’impression que toute la société c’est soudainement construite autour de ce principe. L’identification à son job (on y passe la plus grande partie de son temps de toute façon) et donc petit à petit on c’est dit que cela devait devenir une vocation, peut être même une passion. Puis on y a encore ajouté l’idée qu’en se donnant corps et âme pour son travail, on allait avoir la réussite, gagner beaucoup de l’argent (donc pouvoir s’acheter plein de chose), une maison etc…. ou dans le pire des cas nous permettre d’assurer un meilleur avenir pour nos enfants. La société de consommation dans toute sa splendeur !

Ajouter à cela prestige, reconnaissance et statut social associé à son travail. On l’utilise comme baromètre pour se comparer aux autres et les catégoriser ! C’est d’ailleurs, bien souvent, l’une des première chose que l’on demande à une personne que l’on rencontre pour la première fois « c’est quoi ton job à toi ? » ou encore « tu fais quoi dans la vie ?».

Nous en sommes arrivés à nous persuader que notre job nous définit ! Je suis « vendeur », « postier », « ingénieur », « docteur », etc. Je veux bien croire que dans certain cas cela est vraiment une vocation / passion, mais cela définit sûrement pas une personne dans son entier.

Ne serait-il  pas intéressant d’apprendre à connaître quelqu’un au travers de ses passions, hobbies et valeurs !? Je ne pense pas que l’on en jugerait moins… mais on aurait au moins une idée plus complète de la personne et pas uniquement de son job.

J’espère que cela est en train de changer. Que notre génération mais peut-être encore plus la suivante, se rend(ra) compte qu’il n’y a pas que le travail ! Que l’on peut trouver de la reconnaissance/épanouissement ailleurs que dans sa carrière et qu’il est plus important d’avoir du temps. Du temps pour soi et du temps pour les autres !

Un autre aspect de notre « problème » de manque de temps, vient du fait que l’on a accès à tout plus facilement, plus rapidement et bien souvent pour pas cher ! Prenons par exemple internet, on est constamment connecté (smartphone, tablette, ordinateur, montre), on a toujours peur de manquer quelques choses (le web ne s’arrête jamais), et on fait souvent plusieurs choses à la fois, nos agenda son rempli à déborder (comme si l’on avait peur de l’inactivité) ! On doit travailler, faire du sport, passer du temps avec sa famille, voir les amis, avoir des hobbies, des passions, faire du bénévolat, etc. et ça n’en fini plus. Au final on ne fait que courir, courir après notre temps !

Nous devons reprendre le contrôle de notre temps, de nos vies !! Apprendre à déconnecter, embrasser le silence et ne plus avoir peur de l’inactivité ! S’assurer chaque jours des petits moment de tranquillité ! Être plus dans le moment présent et se concentrer sur UNE seul chose à la fois, prendre le temps pour ce que l’on fait !

Simplifier sa vie pour mieux en profiter !

La prochaine fois que vous devrez attendre 5 minutes ou même 10, essayer de ne pas, automatiquement, plonger dans votre smartphone, lire vos mails ou surfer mais plutôt, saisir l’occasion pour ne rien faire, regarder ce qui vous entoure mais aussi se qui se passe en vous, ce que vous ressentez !

Cela n’est pas toujours facile, personnellement je retombe souvent dans mes « vieilles » habitudes, l’important est d’un prendre conscience et de commencer petit à petit.