Parfois j’oublie…

Parfois j’oublie…

Parfois j’oublie quelles sont mes valeurs ou qu’est-ce qui est important dans la vie, pourquoi je fais mon projet et ce que je cherche à atteindre !!!

Je me retrouve à consulter sans arrêt les médiaux sociaux: Facebook, Tweeter, Instagram et j’en passe ! J’y poste des photos et check hardiment le nombre de « clics » et de « likes ».

J’ai l’impression de me laisser définir par ce que pensent les autres, cela me pré-occupe constamment et bien entendu je me surprend à critiquer les autres, le juger sur le manière d’être et de vivre.

Au final cela ne me rend que plus stresser et moins heureux. Je me sens tellement « faut », moi qui me prétend minimaliste et déclare vouloir vivre une vie simple !

Cela devrait m’être égale ce que les autres pensent de moi ! Et qui suis-je pour les juger ? Pourquoi ma façon serait plus juste que celle des autres ?

Mais voilà, parfois j’oublie…

J’oublie de prendre le temps, de profiter, de m’arrêter un moment pour contempler ce qui m’entoure et être reconnaissant de ce que j’ai !

La même chose avec mon travail, j’essaie pourtant de bien faire toujours la part des choses, garder un bon équilibre et prendre suffisamment de recule… mais voilà que je me suis retrouvé à penser sans arrêt à mon boulot, même quand je n’y étais plus… et le résultat ne s’est pas fait longtemps attendre : Je me suis retrouvé cloué au lit avec une grosse grippe, mais surtout un mal de tête infernal et le cerveaux fonctionnant à deux milles à l’heures, fixé sur mon job. J’en suis même devenu agressif ! Bref la surdose de stresse.

J’ai l’impression que cette grippe, c’était un peu mon corps qui, à sa façon,  a voulut me dire STOP ! Que ces dernières semaines avaient été trop chargées, que cela soit au travail ou en dehors d’ailleurs (on sent déjà la fin d’année arriver à grand pas…) et moi, j’ai voulut tout faire et tout de suite, dire oui à tout !

Parfois j’oublie…

Parfois j’oublie, mais heureusement j’apprend gentiment à mieux m’écouter, reconnaitre les signaux et surtout les respecter (même si parfois avec un peu de retard…). S’arrêter, se reposer et se ressourcer.

Reprendre le temps pour les plaisirs simples : une ballade au bord du lac, admirer les belles couleurs orangées de l’automne, une tasse de thé bien chaude avec ma petite femme ou simplement un moment à jouer et rigoler avec ma petite fille chérie.

Il faut rester vigilant, car cela est facile d’oublier, de basculer dans la routine et se laisser emporter par le rythme effréné de notre société. Il est donc important de garder en tête quelles sont nos valeurs et qu’est-ce qui a vraiment de l’importance à nos yeux.

Alors n’oublier pas de vous arrêter un petit moment quand vous lirez ceci et de respirer pleinement en profitant de ces beaux jours ensoleillé !

Je vous souhaite un bon début de semaine par trop stressé 😉

Publicités

Vivre simplement…

D’une certaine manière, j’ai besoin de me rappeler régulièrement que le concept de « vivre simplement » n’est pas seulement un but à atteindre, mais quelque chose que je dois peux vivre quotidiennement: prendre réellement le temps de m’arrêter, d’observer ce qui se passe autour mais aussi à l’intérieur de moi. Me demander ce que je ressens et ce qui se passe en ce moment dans ma vie. J’ai beau me répéter sans cesse que je veux être plus conscient du moment présent, du temps qui passe et vivre de manière intentionnel, au final je ne le fais pas vraiment, pas pleinement.

Par exemple, j’ai pris l’habitude, chaque soir avant d’aller me coucher, d’écrire dans un journal quelques lignes sur ma journée. Mais ces derniers temps je suis tombé dans une sorte de routine, je décris machinalement son déroulement, au lieu de profiter de ce moment pour m’écouter, pour me demander ce que je ressens, où je me trouve dans mon voyage vers le minimalisme et la simplicité !

Mais hier soir, j’en ai justement pris conscience et après avoir, une fois de plus, décris ma journée, je suis resté là, devant mon journal à me poser ces questions.

D’abord j’ai eu l’impression que ces derniers temps je stagnais un peu. Puis je me suis rendu compte, qu’en réalité j’ai déjà fait pas mal de chemin et qu’il me suffit justement de m’arrêter un instant, ralentir un peu, pour en prendre conscience et l’apprécier.

De la même manière, je remarque de plus en plus, ces petits moments, dans mes journée, ces petites joies toutes simples, comme par exemple ces rayons de soleil qui viennent me réchauffer le visage après une journée passé à bosser, le rire de ma fille lorsque nous jouons ensembles ou encore la beauté des montagnes au loin, lorsque le soleil commence tout juste à se lever et que je me rends travailler sur mon vélo.

C’est pour ces moment-là qu’il est important de ralentir, pour en prendre conscience et être reconnaissant. Reconnaissant de ce que l’on a, de ce que l’on est et de ce l’on vit.

Voilà ma motivation pour « vivre simplement » !!

des hauts… et des bas…

Parfois j’ai l’impression que l’on ose pas vraiment parler de nos difficultés, de ce qui ne va pas !

Moi-même, j’ai beaucoup écris sur ce que je vis en ce moment, mes changements, ma découverte (et adhésion) au minimalisme et à la simplicité. Je conseil à qui veut bien me lire de ralentir, prendre le temps et apprécier la vie ! Mais je n’évoque que rarement les difficultés rencontrées, les moments de doutes traversés. Les retour en arrière, où simplement les jours ou rien ne va, où l’on n’a plus envie !

Et pourtant ces instants de doute font aussi partie de nos vies. Ils sont parties intégrantes de notre cheminement. Et bien souvent ce sont eux qui nous aident le plus à nous construire et à grandir.

C’est bien joli de vouloir embrasser le minimaliste et vivre simplement… mais la réalité est toute autre ! Nos vies sont compliquées, remplies d’obligations, de choses à faire,  à accomplir.

Que cela soit de part nos jobs, nos familles ou encore simplement parce que notre société fonctionne ainsi.  Notre quotidien est fait d’administration (facture à payer, document à remplir et envoyer, rendez-vous à fixer, etc..), de tâches à compléter (ménage, éducation, « to-do » liste en tout genre), bref d’activité dont on se passerait bien mais qu’il est bien impossible d’éviter.

Et au milieu de tout cela, on devrait encore trouver du temps pour soi, pour son développement personnel, pour manger (et cuisiner) sainement, faire du sport ou du moins bouger quotidiennement, pour passer du temps avec son ou sa partenaire, pour jouer avec ses enfants, bref je crois que je vais revoir ma position sur le clonage…

Plus sérieusement, peu importe les bonnes résolutions et la bonne volonté… tout cela demande énormément d’énergie au quotidien  et il y a des jours où rien ne va: on a l’impression qu’on ne va jamais y arriver, d’être complètement perdu ou on a tout simplement pas envie !

Quand c’est le cas, il est important de se rappeler, que c’est la même chose pour tout le monde, que certain jours fonctionnent moins bien que d’autres. Que l’adversité fait partie de nos vie et, au risque de sonner un peu clicher, c’est souvent le challenge qui rend la victoire encore plus délicieuse.

Dans ces moment, j’essaie de garder à l’esprit mes valeurs et ma vision. Me souvenir du chemin parcourut et que rien ne sert de vouloir brûler les étapes. Simplement faire un pas après l’autre, continuer d’avancer, ne pas oublier d’apprécier chacune des étapes et garder à l’esprit notre direction.

Je vous souhaite donc pleins de courage pour votre propre chemins et pour surmonter les épreuves de notre quotidien !

 

Mes thèmes/pré-occupations du moment

Comme je l’ai dit d’un un post précédant, pour cette année, je ne me suis pas fixé d’objectif, de goal, mais plutôt fait des souhaits.

Par contre avec tous les changements que j’ai traversé ces derniers temps, mes prises de consciences, les livres que j’ai lu sur le développement personnel et autres thèmes du même genre, ça « bouillonne » pas mal en moi.

Tellement que des fois, j’ai l’impression que j’arrive plus à être simplement moi-même, vivre le moment présent et apprécier ce que je suis, ce que j’ai, ce que je fais !

C’est pourquoi, j’ai décidé de changer deux choses :

  • Essayer de me concentrer sur un thème à la fois (pour mon développement donc)
  • M’accorder des pauses (le mercredi et le dimanche, j’essaierai de ne pas me faire de réflexion sur des thèmes particulier)

Encore une fois, tout comme mon projet, cela peut paraître radical, mais moi je fonctionne comme ça, j’ai de la peine à me refréner. Quand quelque chose me passionne, m’intéresse ou me dérange, je m’investit à fonds et il faut que cela change / se passe immédiatement.

Je pense qu’après un certain temps cela devrait s’équilibré un peu et que je n’aurais plus forcément besoin d’être aussi radical !

De toute manière je pense que cela est important de se fixer des limites, cela peut paraître réducteur au premier abord, mais quand on y pense, cela peut au contraire, être très libérateur. L’ironie de la vie parfois… je m’explique :

  • Si on se limite notre temps « en ligne », on aura plus de temps pour d’autres activités (sans doute plus enrichissante).
  • Si on limite nos rendez-vous / engagements -> plus de temps pour soi et pour faire ce que l’on a envie.
  • Si on limite nos possessions, on a besoin de moins de temps pour s’en occuper et cela nous coûte moins d’argent -> donc on peut investir les deux ailleurs et mieux.
  • Etc….

Et pour le reste:

Je continue à méditer 10-20 minutes quotidiennement avec l’aide de l’application Headspace.com, j’ai l’impression que cela m’apporte un certain calme dans ma journée et que cela m’aide à être plus conscient de ce que je fais, plus intentionnel dans mes actions !

J’écris aussi tous les matins (cela m’aide à organiser / planifier m’a journée) et le soir (pour faire un peu le review de ce que j’ai vécu, ce qui était bien et moins bien et d’ordonner un peu mes pensées)

J’ai commencé ce cours online pour découvrir quelles sont mes forces, passions, intérêts et au final ma/mes vocations.

J’ai fini le livre « Clutter free with Kids » sur le minimalisme avec des enfants, c’était très interessant et m’a permis de continuer ma réflexion sur mon rapport avec ma fille et m’a façon de l’éduquer et de l’aider à grandir.

Voilà c’est tout pour le moment, je vous souhaite un excellent weekend « déconnecté » 🙂

Changer, le comment du pourquoi !

J’avais envie de revenir sur les raisons qui m’ont amené à changer, débuter mon projet, ce blog et finalement m’ont amené où je suis aujourd’hui !
Ces dernières années, j’ai traversé quelques étapes difficiles. Le travail et mes 4 heures de trajet quotidiennes, de nouvelles responsabilités, devenir papa, le handicape de ma fille… C’était sans doute trop et j’ai petit à petit glissé en un mode „zombie“ (sorte de fonctionnement automatisé) : j’étais toujours stressé, fatigué, insatisfait, bref je ne faisais que „fonctionner“, en recherchant, ailleurs, toutes distractions possibles (TV, achat en tout genre, sport, nourriture, etc…) pour ne pas devoir trop réfléchir et surtout compenser ce mécontentement !!
Je me rendais sans doute compte qu’il y avait un problème… mais je n’avais pas envie/peur d’en savoir plus, de creuser plus profondément ! J’appréhendais ce que je pourrais trouver. Et puis de toute manière, je ne savais pas par où commencer et si je pourrais y faire quelque chose.
Je ne saurais pas dire ce qui a changé en moi. Peut être qu’à un moment j’ai eu l’impression de toucher le fonds, que j’allais tout perdre si je ne réagissait pas.
Puis j’ai reçu l’un plus brillant conseils que l’on m’ai jamais donné :

« Une ville ne se construit pas en une seul fois, mais une seule pierre à la fois ! »

Il ne faut pas se laisser décourager par l’énormité de la tâche en se fixant uniquement sur le résultat final, mais simplement sur la première (ou prochaine) étape pour y arriver, faire simplement le premier pas. Et surtout prendre conscience qu’il ne nous engage encore à rien; il nous permet simplement d’avancer dans la bonne direction.

Pour moi, cela à commencer par le travail. Déjà là, je bloquais: tout ce que cela impliquait (insécurité, risque de ne plus pouvoir subvenir aux besoins de ma famille, ne pas pouvoir reproduire ma réussite dans une autre entreprise), me décourageais totalement. (Le CV, les annonces, postuler, se présenter, être sélectionner, etc) Cela me paraissait insurmontable !!

C’est pourquoi ce conseil m’a temps aider,  il me suffisait donc de commencer par mettre à jour mon CV, cela ne m’engageait de toute manière à rien, personne ne m’obligeant ensuite à vraiment l’envoyer. Simplement m’y mettre et le reste viendrait automatiquement.

Le nouveau travail acquis, cela m’a permis d’avoir beaucoup plus de temps et d’énergie à disposition. (50 minutes au lieu de 4 heures par jour de trajet). J’ai donc décider d’utiliser ces derniers à bonne escient.

A défaut d’autre chose, je me suis tourné vers le net (google est ton ami, non?)  j’ai donc essayé de chercher les mots suivant : « Hapiness » et « Healthy » (heureux et sain, deux valeurs qui me semblaient fondamental pour améliorer ma vie). Je suis alors tombé sur le site des Minimalist (www.theminimalists.com) et leurs livres. Sans trop m’attarder et pour résumer, c’est deux types, qui ont longtemps poursuivit et atteints le rêve américain (la belle maison, la femme, voiture, boulot a responsabilité et gros salaire, etc) mais n’étaient pour autant  jamais heureux. Vous imaginez bien que cela m’a toute de suite parlé !

Puis, grâce à eux, j’ai découvert Leo Babauta, son blog Zenhabits et surtout son livre « The Effortless Life » qui ont définitivement eu un très gros impact sur moi et ma prise de conscience que je recherchais la/les solutions aux mauvais endroits.

Ceci n’était bien sûr que le début, mais cela m’a déjà fait prendre conscience, que l’on ne doit pas chercher son bonheur, son accomplissement vers l’extérieur, chez les autres ou dans des biens matériaux, mais simplement en soi. En apprenant à s’aimer, à apprécier ce que l’on a, a apprécier les gens qui nous entoure et les interactions que l’on a avec eux. En arrêtant de chercher le succès dans l’image que les gens ont de nous où que la société nous définit, mais simplement dans ce qui est important pour nous, dans nos valeurs.

Je ne suis d’ailleurs qu’au début de ce long voyage.

Mais aujourd’hui je suis en mesure de l’appréhender de manière plus sereine et surtout j’ai appris que le chemin et aussi (si pas plus) important que la destination et qu’il faut donc en apprécier chaque instant !

Et comme je l’ai dit, le plus important, c’est « une seul pierre à la fois» !

Nous y voilà !

Ca y’est, on y est presque, 2015 va commencer et donc mon projet aussi !!

Je sais que j’en ai besoin pour me « sevrer » de ma consommation excessive, mais j’appréhende quand même cette année à venir et les défis qui vont l’accompagner. Car cela sera pour moi un véritable défi de ne plus consommer !

Je me pose encore pas mal de questions sur le sens de ma démarche. Vais-je trop loin ou au contraire pas assez !? Qu’en est-il de ma consommation de base (nourriture, habit, etc.), suis-je suffisamment éco-responsable.

Ne suis-je pas quelque part en inéquation de ne plus vouloir prendre part à cette société consommatrice mais de continuer à faire mes courses dans un grand magasin au lieu d’acheter des produits de ma région, directement auprès des producteurs locaux, produit de manière responsable ? Au lieu d’aliments issus de l’industrie et dont je ne suis pas vraiment sûr ni de l’origine, de la composition et encore moins de l’équité de fabrication.

De plus, la aussi, j’ai tendance à surconsommer ! A faire des réserves de „guerre“ comme si je n’allais plus être en mesure d’accéder à un magasin pendant plusieurs semaines et risquait de mourir de fin, ici, en Suisse…  c’est ridicule, c’est du gaspillage et cela prend de la place et crée du cheni inutile !!

Pareil pour les livres, c’est maladif chez moi. Ces derniers temps, peut être aussi dans l’appréhension de mon projet, je l’ai acheté en masse, plusieurs par jour ! Ca a toujours été le cas chez moi, mais là je suis vraiment basculer dans l’extrême et, au final, j’ai maintenant  plus d’une trentaine de livre à lire et même si eux ne prennent pas de place physique (ebook), ils ont quand même un poids psychologique. Je dois réapprendre a vraiment apprécier un ouvrage, son histoire et de ne pas les consommer à la chaine.  Prendre le temps de digérer son contenu, son message, avant de me plonger dans le suivant.

Et puis, quand est-il des produits qui pourraient me permettre de simplifier encore plus ma vie. L’idée même du minimalisme, n’est-elle pas : posséder moins mais mieux, pour ce créer du temps et pouvoir se concentrer sur ce qui compte vraiment. Ou encore, les achats pour ma famille, ma fille ou ma femme. Si mon idée est de me « sevrer »,  je devrais vraiment éviter tous achat (neuf ou pas d’ailleurs), non ?

Bref encore pleins de questions ouvertes, à explorer ces prochaines semaines pour essayer de trouver un bon équilibre et me diriger vers une consommation plus saine, responsable et surtout maîtrisée !!

En attendants, n’hésitez pas à me laisser votre avis ou poster un commentaire avec vos propres défis lié à la consommation !

 

Je vous souhaite à toutes et à tous une très bonnes nouvelles années, épanouies et pleines de temps pour ce qui compte vraiment !

 

 

To do or not to do (liste) ?

Le temps est décidément au centre de mes préoccupations en ce moment !!

En même temps c’est quand même une valeur central dans notre vie… on en a jamais assez et on en veut toujours plus !

Certain me dirons que la solution est de s’organiser, de mieux planifier, de faire des « To-do » listes !

J’ai toujours pensé que c’était le cas… mais dernièrement je suis tombé sur un ou deux articles affirmant le contraire ! La solution serait de vivre sans objectif, sans goal, sans plan. En roule libre quoi ?!

D’une part les goals ne seraient, en fait, qu’une limitation de notre potentiel. En se fixant des objectifs on prend le risque de passer à côtés d’opportunités, d’un résultat différent ou encore de se limiter dans nos réussites ! Le chemin a autant (si pas plus) d’importance que la destination (but) et donc, si on laisse cette dernière « ouverte », cela nous permet de changer de voie en cours ou même de s’arrêter un moment si l’on en ressent le besoin ou si l’on vois du potentiel ailleurs. Cela nous offre plus de liberté !

Attention cela ne veut pas dire que l’on n’atteint/réussi plus rien ! Bien au contraire, cela nous ouvre une multitude de nouvelles possibilités !

Quant à la planification, on sait très bien comment cela se passe, dans la plus part des cas cela ne se déroule pas comme prévu, on ne peut pas tout contrôler et bien souvent on prend du retard ou alors on ne peut carrément pas respecter ce qui était prévu !

En résulte frustration, stresse et déception !

Moi je suis le spécialiste des « To-do » liste ! J’ai même été jusqu’à en dresser une de ce que j’aimerai faire quotidiennement pour être heureux :

  • Lire
  • Ecrire
  • Bouger
  • Méditer
  • Jouer avec ma fille
  • Avoir du temps pour ma femme
  • Avoir du temps pour… ne rien faire.

Le résultat, je me mets la pression de devoir faire, chaque jour, chaque point de ma liste et si j’y arrive pas ? J’ai un goût d’inachevé, j’ai l’impression de ne pas avoir réussi ma journée ! Cela m’enlève toute spontanéité. Si par exemple on décide de faire quelque chose d’autre, je vais garder en arrière-plan, tout ce que j’ »aimerai » faire (et ne peut pas) ! Et logiquement moins apprécier / prendre conscience de ce que je suis en train de vraiment faire.

Je ai donc décider d’essayer quelque chose de nouveau, de différent ! Lorsque j’ai terminé une activité, et que j’ai un peu de temps pour moi, j’essaie maintenant de me poser la question suivante: « Qu’est-ce que j’ai envie de faire maintenant ? », je me souhaite d’être plus spontané et de me libérer du poids de mes « to-do » liste !! Je suis persuadé que si l’on prend le temps de se connaître, de savoir quelles sont nos passions, valeurs, envies etc… et que si l’on apprend à s’écouter, à prendre en compte ses propres besoins, alors automatiquement on va faire les choses qui nous comblent le plus et nous rendent vraiment heureux !

Je pense qu’une des valeurs clefs de ce concept, est de profiter au maximum du moment, de l’activité en cours, pour d’une part en prendre conscience et bénéficier vraiment de ces bien-faits mais aussi pour ne plus avoir sans cesse à l’esprit ce que l’on aimerait/devrait faire d’autre ! Et ainsi avoir l’impression d’avoir suffisamment de temps et d’en profiter pleinement !!

 

PS j’ai activé les commentaires… tous vos avis sont les bienvenu !